30ème Festival Jean de La Fontaine : Renaître avec La Fontaine !

Heureuse coïncidence que la rencontre de la commémoration des 400 ans de la naissance de La Fontaine, la 30ème édition du Festival et la renaissance de la vie culturelle, en particulier celle du spectacle vivant : c’est « Renaître avec La Fontaine » !

Ce bonheur que nous ressentons tous à des degrés divers a toutefois été mis à rude épreuve dès lors que les circonstances du début de l’année nous ont contraints à reporter la programmation du Festival à une période inhabituelle pour nous : l’automne, qui a vu se concentrer une série de reports, un encombrement des lieux majeurs et une nouvelle vision de la disponibilité des équipes artistiques. Il en résulte une répartition plus étalée du programme, et plus dense en novembre qu’en octobre.

Au fil des années qui se suivent, la volonté de montrer le Festival dans sa pérennité nous a d’abord incités à présenter la troisième partie de la trilogie « Dante troubadour » de La Camera delle Lacrime, mais aussi dans sa diversité ou plutôt sa liberté de parcourir des chemins parallèles, d’où la création, seule en 2021 dans la Région Hauts de France, du « King Arthur » (Henry Purcell), produit et mis en scène par l’Ensemble Alia Mens.

L’hommage à La Fontaine a davantage porté sur les sources (« Le Brahmane et la Laitière » créé ici par l’Ensemble Akadêmia), ses relations (Racine dans « L’Adieu à la scène » par la compagnie Restons Masqués, Melle Ulrich dans « La Folle Enchère », comédie récemment créée par la Compagnie La Subversive), le contexte du XVIIème siècle (« Laissez durer la nuit », airs de cour chantés par l’exquise mezzo-soprano Lea Desandre, « Aime comme Marquise » par l’Atelier Théâtre Actuel ) ou tout simplement des curiosités (« Le Fabulatographe » par la Compagnie Les Monts du Reuil ou l’ « Ineffable La Fontaine » d’Ivan Toulouse et Anne Gouraud).

Comme depuis trente ans, le Festival Jean de La Fontaine est une nouvelle fois l’évènement pluridisciplinaire du Territoire. La richesse des propositions du Festival, qui laisse une large place à la musique et aux émotions qu’elle suscite, est la conséquence de sa double nature : évocation du fabuliste, son œuvre, ses sources, son siècle, mais aussi la mise en valeur des différents aspects de son territoire d’origine, sur une période plus vaste que le seul XVIIème siècle. Cette richesse atteint des publics aussi bien habitués aux propositions baroques en harmonie avec le fabuliste que nous évoquons, que curieux ou nouveaux pour notre évènement.

Ce portrait encore renouvelé du Festival Jean de La Fontaine devrait une fois de plus répondre aux attentes de tous ceux qui aiment la musique et le théâtre.

Nous attendons le plaisir de vous accueillir nombreux. Vive le 30ème Festival Jean de La Fontaine !

 

Michel Baroux, président de l’Association Festival Jean de La Fontaine